Séance 43 du Canapé: Guerre et littérature.

Par défaut

Avec l’amour, la guerre est peut être l’un des plus anciens thèmes de la littérature.  De la Grèce antique (L’Iliade) aux livres écrits sur les conflits contemporains, la liste des livres parlant de la guerre est sans fin.
Si de très nombreux romans se veulent de témoigner directement de la guerre en la laçant au centre du récit, elle est aussi un motif récurrent dans tous les types de littérature. Du roman historique (Guerre et Paix) au roman d’amour (Un long dimanche de fiançailles) en passant par le fantastique et la science-fiction (La guerre des mondes)… On peut aussi penser à la série de romans policiers de James Lee Burke, avec son personnage de flic vétéran du Vietnam (Dans la brume électrique avec les morts confédérés), ou aux romans centrés autour de réfugiés/émigrés et de leur famille  (Middlesex).
A cette richesse de forme s’ajoute l’universalisme du thème, que l’on retrouve dans les
littératures du monde entier, permettant non seulement de mieux comprendre des enjeux qui peuvent nous échapper par le biais seul de l’histoire, mais également des regards croisés fascinants sur un même conflit.
Afin de vous guider dans votre choix et votre lecture, voici quelques pistes de réflexion
supplémentaires:

  • quel est le type de littérature?  fiction, roman autobiographique, journal, correspondances écrites durant une guerre, pièce de théâtre, poème…?
  • l’auteur a-t-il un lien direct avec la guerre? Est-il lui-même un vétéran, une victime, un témoin, un historien….?
  • les personnages sont-ils eux-mêmes des soldats, des civils, des dirigeants, des membres de la famille…?
  • si la guerre est le thème principal du livre, quel en est le but? témoignage, pacifisme,
    patriotisme, exaltation de l’héroïsme…?
  • quel est le « positionnement » du lecteur? fascination avec la guerre, respect, colère, volonté d’apprendre, de comprendre…?
Dresser une bibliographie exhaustive étant impossible, je vais me borner à vous proposer des ouvrages qui m’ont particulièrement marqués:
Série de bandes-dessinées de Jacques Tardi sur la 1ere guerre mondiale et notamment:
C’était la guerre des tranchée, Putain de guerre ou Le dernier assaut.
Tardi décrit la guerre comme une boucherie insensée et un gâchis humain, et est résolument anti-nationaliste. C’est étrangement le premier « livre » qui me soit venu à l’esprit lorsque je préparais la bibliographie. J’y vois là la force des visuels de Tardi qui montre de façon frontale toute l’horreur physique et mentale de la guerre.
Catch-22 de Joseph Heller
Je l’avais présenté au canapé sur les classiques. Un monument de la littérature américaine, et un chef d’œuvre satirique sur la 2ème guerre mondiale.
Tout est illuminé (Everything Is Illuminated) de Jonathan Safran Foer.
Récit autobiographique d’un jeune juif américain qui voyage en Ukraine pour retrouver la
femme qui a sauvé son grand-père de l’Holocauste.  Les parents de l’écrivain sont des
survivants de la Shoah d’origine polonaise.
La Débâcle, Emile Zola
Sur la guerre franco-prussienne de 1870 et la Commune de Paris. Un récit très dur sur la
brutalité de la guerre, et qui montre bien ses ravages sur la vie des gens ordinaires.
Chronique du règne de Charles IX, de Prosper Mérimée
Roman historique sur le massacre de la Saint-Barthélemy (1572) et plus largement sur les
guerres de religion opposant catholiques et protestants. Prosper Mérimée est très précis dans sa reconstitution historique, et critique ouvertement l’intolérance religieuse qui sévit jusque dans les foyers.
Un long dimanche de fiançailles de Sébastien Japrisot
Roman d’amour et roman historique suivant une jeune femme à la recherche de son fiancé
donné pour mort dans les tranchées de la 1ere guerre mondiale  (adapté au cinéma par Jean-Pierre Jeunet).
À l’Ouest, rien de nouveau (Im Westen nichts Neues) de Erich Maria Remarque
Encore sur la 1ère  guerre mondiale, un roman pacifiste qui suit un jeune soldat allemand.
L’auteur devra quitter l’Allemagne à cause de son pacifisme (également adapté au cinéma,
oscar du meilleur film en 1930).
Suite Française, Irène Némirovsky
Grand succès littéraire, ce roman (en fait deux romans, sur cinq initialement projetés) décrit la France aux débuts de l’occupation par l’armée allemande. L’auteur meure à Auschwitz en 1942 sans finir son œuvre, qui ne sera publiée qu’en 2004.
La Chambre des officiers, Marc Dugain
Sur le phénomène des « gueules cassées », ces soldats défigurés lors des combats de la 1ere
guerre mondiale et qui doivent refaire leur vie tant bien que mal.
Les Cerfs-volants de Kaboul (The Kite Runner), de Khaled Hosseini,
Un autre grand succès littéraire, ce roman raconte l’histoire d’un jeune Afghan, depuis
l’invasion soviétique jusqu’à la montée du régime taliban. L’auteur est né en Afghanistan, et sa famille s’est exilée aux Etats-Unis en 1980.
La Route étroite vers le Nord lointain (The Narrow Road to the Deep North) de Richard Flanagan
Mon choix pour le canapé: roman traitant notamment de la vie des prisonniers de guerre
travaillant à la construction d’un chemin de fer entre la Birmanie et la Thaïlande lors de la
2eme guerre mondiale.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s