Séance n. 54 : Les histoires du 1968

Par défaut

50 ans sont passés du 1968 et plusieurs articles et livres dédiés à cette année qui a marqué l’histoire récente et la conscience collective, sont disponibles dans les journaux et les magazines ainsi que sur l’internet. A plusieurs se sont penchés sur l’héritage du 1968, en se posant des questions sur les liens entre événements, sur les combats, sur les conquêtes et les chutes des mouvements de contestations qui à la fin des années ‘60s ont essayé de changer le monde.

Nombreux événements ont eu lieu en 1968 partout dans le globe et des nombreux thèmes ont été l’objet des contestations et des protestations à partir du 1965 jusqu’à la fin des années ’60s, le ’68 étant le pic qui a marqué la conscience collective. Ce n’est pas celui-ci le lieu pour évoquer événement ni thème sur lesquels l’on peut trouver des nombreux ouvrages sociologiques, historiques, politiques. Ce que je vous propose pour notre séance dédiée à cette année marquante, est de s’en approcher d’un angle personnel et romanesque, de regarder comment les protagonistes ont vécu ces événements, quels étaient leurs combats, leurs désirs, leurs quêtes personnelles et pour la société.

Le centre de notre discussion ne sera donc que la contestation du May ‘68 à Paris mais l’œil des jeunes qui à Berkley, à Prague, à Paris sont descendus dans les rues pour porter leurs idéaux, rompre avec la société des pères, demander la démocratie, la justice sociale ou la fin des discriminations raciales et celle d’une guerre qui les tuait sans pitié. Les jeunes étaient les protagonistes d’une volonté de rupture d’une société telle que celle créée par leurs pères, ce qui a fait inévitablement basculer l’équilibre de plusieurs familles et le destin individuel des activistes les plus engagées.

L’internet est riche d’articles et même de bibliographies des romans dédiés au 1968. Je vais donc vous renvoyer vers les liens qui me semblent plus intéressants :

Un usager de Babelio a préparé cette excellente bibliographie qui comprend surtout des auteurs français : https://www.babelio.com/liste/1324/Mai-68

Cet article de The Guardian propose des ouvrages internationaux : https://www.theguardian.com/books/2018/may/11/may-1968-the-revolution-retains-its-magnetic-allure

Pour ceux qui aiment la bande dessinée, voici une bibliographie dédiée à la bande dessinée et le ’68 : https://journals.openedition.org/belphegor/1012?lang=en

Il ne manque pas des recueilles d’ouvrages sorties en 1968 et qui étaient achetés et lus pendant l’année ; pour ceux qui lisent l’italien, voici un petit article assez intéressant : http://quiquotidiano.it/2018/03/17/letteratura-1968-carrellata-flash-di-scrittori-poeti-sia-italiani-che-stranieri/. Dans ce contexte on ne peut pas manquer d’évoquer le livre d’inspiration des étudiants en révolte, c’est-à-dire « L’Homme unidimensionnel » de Herbert Marcuse. Si vous ne l’avez pas lu, cet article de Le Monde pourrait vous aider : https://www.lemonde.fr/idees/article/2008/08/04/l-homme-unidimensionnel-par-stephane-legrand_1080098_3232.html. L’analyse sociologique et historique ne sera pas l’objet de notre discussion mais si vous voulez approfondir, l’ouvrage de Richard Vinen, « The long ’68« , qui est sorti en avril 2018 présente et explique les événements globaux.

Pour terminer, voici ma petite sélection d’ouvrages romanesques qui pourraient donner une contribution par rapport à l’approche que je vous propose pour notre séance de la rentrée : les histoires individuelles. N’hésitez pas à ajouter vous suggestions en commentaire à ce post.

A Paris, au printemps, ça sent la merde et les lilas, de Régine Deforge qui est condamnée pour « outrage aux bonnes mœurs par la voie du livre » par la 17e Chambre correctionnelle pour les œuvres érotiques publiés par sa maison d’éditions.

Chien blanc, un regard de Romain Gary sur l’Amérique des contestations.

Chronique de May ’68, Mavis Gallant, Canadienne de langue anglaise habitant Paris, a tenu un journal du 3 mai au 4 juin 1968.

Camarade de classe, Didier Daeninckx nous raconte, avec précision et humanité, l’histoire d’une génération marquée par les bouleversements des années soixante et soixante-dix.

Derrière la vitre, Robert Merle, Au huitième étage de la tour, les étudiants, assis dans les fauteuils des mandarins, s’emparaient symboliquement du pouvoir.

Fleurs de rage, Jacques Mondoloni. Souvenirs de printemps, alors que les pavés fleurissaient dans les mains des étudiants et que ceux-ci offraient leurs bouquets aux flics hilares, bâtons de guignol dans les mains.

Forget ’68, de Daniel Cohn-Bendit, Stéphane Paoli et Jean Viard. Réflexions sur les ’68 accompagnés des témoignages et souvenir de l’étudiant expulsé Daniel Cohn-Bendit.

Jeunes femmes rouges toujours plus belles, Frédéric H. Fajardie. Freddy et Teddy sont deux jeunes chiens fous. Ils vont de manifs en émeutes jusqu’au jour où la police les choisit à leur insu pour monter une provocation.

La Manière noire, d’Hélène Parmelin est la vie d’un écrivain nommé Faubourg, à Paris, à la fin du mois d’octobre 1968, entre six heures du soir un certain jour, et l’aube de la nuit suivante.

L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera. La relation tourmentée d’un couple pendant plusieurs années et plusieurs pays.

L’uso della vita, Romano Luperini : roman historique qui comte le ’68 à Pisa en mescland faits et personnages réels et de fiction.

My Revolutions de Hari’s Kunzru dont le personnage principale participe au mouvement de contestation contre la guerre au Viet Nam aux Etats Unis et rentre par la suite dans un groupe terroriste.

Qu’as-tu fait de tes frères? de Claude Arnaud. La confession d’un enfant d’une époque qui continue de hanter notre imaginaire.

Vogliamo tutto (disponible en français avec le titre de Nous voulons tout), de Nanni Balestrini sur les luttes ouvrières des années ’68 et ’69 en Italie.

Bonne lecture,

Flavia

Publicités

53e séance du Canapé littéraire – La littérature américaine contemporaine

Par défaut
Puisque nous nous retrouvons pour une séance du Canapé littéraire le 4 juillet, jour de fête nationale des Etats-Unis, et puisque deux grandes figures de la littérature américaines, Philip Roth et Tom Wolfe nous ont quittés récemment, nous avons décidé de consacrer une séance à la littérature américaine d’aujourd’hui.

Mais même sans cette coincidence, il serait pertinent de regarder de plus près la littérature américaine. Certes, c’est peut-être la domination économique, politique et culturelle des Etats-Unis que la littérature américaine reçoit beaucoup d’attention, mais il faut avouer également qu’il y a un grand nombre d’auteurs de très grande qualité.
De plus, puisque nous nous levons pratiquement chaque jour en entendant des nouvelles curieux de la politique ou de la société américaine, qu’on le veuille ou pas, le pays le plus puissant du monde reste une référence mondiale – et cela rend sa littérature automatiquement intéressante.

Voici quelques suggestions. Naturellement, comme d’habitude, cette liste ne prétend pas du tout d’être exhaustive ou objective. J’ai simplement rassemblé les noms d’auteurs qui me viennent à l’esprit comme représentants éminents de la littérature américaine contemporaine, ou dont des livres, même s’il s’agit de débuts, ont eu du succès pendant les dernières années. J’ai essayé d’éviter, à quelques exceptions près, des auteurs « de genre », comme du  fantasy, polar, thriller, science-fiction etc. qui peuvent bien sûr aussi être excellents, mais qui représentent peut-être moins l’Amérique. Ils aurait peut-être une meilleure place dans un canapé consacré à leur sujet.

Commençons par quelques très grands:

Philip Roth (1933-2018) – de nombreux romans, p.ex.:

Don DeLillo (*1936)
Paul Auster (*1947)
Richard Ford (*1944)
John Updike (1932-2009)
Tom Wolfe (1930-2018), beaucoup d’oeuvres journalistiques, mais également quelques romans:
Thomas Pynchon (*1937)
  •  V., (1963) (fr.: V.)
  • Vineland (1990) (fr.: Vineland)
  • Inherent Vice  (2009) (fr.: Vice caché)
  • Bleeding Edge (2013) (fr.: Fonds perdus)
Jonathan Franzen (*1959)
Quelques auteurs peut-être moins légendaires, mais qui ont régulièrement du succès avec leurs livres:
Siri Hustvedt (*1955)
Dave Eggers (*1970)
Donna Tartt (*1963)
Joyce Carol Oates (*1938)
Jennifer Egan (*1962)
Bret Easton Ellis (*1964)

T.C. Boyle (*1948)

Jonathan Safran Foer (*1977)
Jim Harrison (1937-2016)
  • The English Major (2008) (fr.: Une odyssée américaine)
  • The Great Leader: a faux mystery (2011) (fr.: Grand Maître : faux roman policier)
  • The Big Seven (2015) (fr.: Péchés capitaux)
Naturellement la confrontation littéraire avec le passé de l’esclavage et le racisme d’aujourd’hui se trouve égelement dans la littérature:
Toni Morrison (*1931)
Colson Whitehead (*1969)
  • The Underground Railroad (2016) (fr.: Underground Railroad)
Ta-Nehisi Coates (*1975)
  • The Beautiful Struggle (2008) (fr.: Le grand combat)
  • Between the World and Me (2015) (fr.: Une colère noire : Lettre à mon fils)
Jodi Picoult (*1966)
  • Small Great Things (2016) (fr.: Mille petits rien)
Quelques succès récents:
Meg Wolitzer (*1959)
  • The Interestings (2013) (fr.: Les Intéressants)
Rachel Kushner (*1968)
Hanya Yanagihara (*1974)
Chad Harbach (*1975)
Emma Cline (*1989)
  • The Girls (2016) (fr.: The Girls)

Johannes

La séance n 52 et les conseils de lecture pour l’été 2018

Par défaut

Chers Canapiens,

l’été approche rapidement et pendant la dernière séance on a pensé à vous et aux œuvres à vous conseiller pour ces vacances.

Julie nous a parlé de « Grasshopper » de Barbara Vine, avec lequel on se perds dans les rues et les toits de Londre avec des personnages insolites. Voici un lien pour ceux qui veulent en savoir plus: https://en.wikipedia.org/wiki/Grasshopper_(novel)

Johannes conseille avec enthousiasme un livre qui traite du 11 septembre 2001 à New York en nous montrant des points des vues et des réactions différentes face à cet événement tragique: « The submission » de Emy Waldman. Ici en article de The Guardian qui en parle https://www.theguardian.com/books/2011/aug/24/the-submission-amy-waldman-review

Stéphane a choisi de nous faire part de « Le champ de bataille » de Jérôme Colin qui traite des relations familiales et de ce qui se passe dans une famille quand le petit enfant chéri devient un ADO. https://www.babelio.com/livres/Colin-Le-champ-de-bataille/1023288

Moi, j’ai parlé d’un des rares polars que j’ai lu: « Backup » de Paul Colize, un auteur belge (notamment de polars) qui nous fait un portrait fascinant et sans pitié du monde du rock de fin années ’60 en Europe; sans oublier l’intrigue bien construit au point que le lecteur ne sait plus ce qui est vraie, faux, inventé, manipulé, rêvé. https://culturezvous.com/paul-colize-back-up/

Le Canapé ne va pas encore en vacances et bientôt des informations sur la prochaine séance seront disponibles.

Bonne lecture

Flavia

Canapé littéraire sur Jean d’Ormesson

Par défaut

Tout le monde connait Jean d’Ormesson. A Paris on dit même « Jean d’O » tant il passe à la télé ou à la radio. Il refuse rarement une interview. Et pourtant on ne se lasse pas d’écouter ses histoires et ses réflexions sur la vie qu’il développe dans un français élégant. On pourrait résumer sa vision des choses en une seule phrase ; Je me suis promener dans le monde , nez en l’air, mains dans les poches, en pleurant à chaudes larmes. Et en riant aux éclats.
Bardé de diplômes (ENA, licencié es lettes et Histoire, agrégé de philosophie) il ne s’est jamais spécialisé en quoi que ce soit, c’est le parfait dilettante. Oui on pourrait dire malgré tout qu’il est journaliste et écrivain. Mais même dans ses oeuvres on retrouve ce papillonnage jusque dans ses titres ; Presque rien sur presque tout. Alors qu’est-ce qui fait que l’on a plaisir à l’écouter et à le lire ? Pour ma part, je dirais que c’est l’érudition mais l’érudition amusante, constellée d’anecdotes, et diffusée avec charme. Le charme de la vieille France.

Mais peut-être que vous avez d’autres idées ? Je me réjouis d’en parler à notre prochaine rencontre à la galerie !

Stéphane A.

La crise sociale dans la littérature contemporaine

Par défaut

Le monde littéraire, et notamment en France où beaucoup se concentre sur Paris, a souvent un penchant pour les milieux intellectuels, et peut ainsi parfois sembler élitiste et lointaine de la réalité sociale. Ceci pourrait être d’autant plus évident de nos jours, quand la société – en France et dans beaucoup d’autres pays occidentaux – est fortement marquée par des divisions qui augmentent, qui se traduisent dans des conflits et qui créent une classe sociale de plus en plus visible de gens qui sont peut-être définitivement exclus de toute société solidaire, qui sont laissés pour soi.

Récemment, cette réalité sociale attire de plus en plus le regard de la littérature. Plusieurs auteurs traitent des différents aspects du thème, très souvent nourris par une expérience personnelle. Les médias allemands ont remarqué cette tendance actuelle en automne dernier, quand la France recevait beaucoup d’attention en tant qu’invitée d’honneur à la Foire du Livre de Francfort. Cet écho à permis de rassembler une sélection de titres recommandés dans la bibliographie ci-dessous.

Voici quelques motifs que nous pourrons considérer pour nos lectures et nos discussions:
– pauvreté, misère sociale
– précarité et chômage
– exclusion sociale (parfois combiné avec les thèmes de la migration ou de l’orientation sexuelle)
– la mobilité sociale (vers le haut et vers le bas)
– conflits sociaux, lutte de classes, riche vs. pauvre
– milieu ouvrier

Bibliographie

Édouard Louis : jeune auteur, issu d’un milieu ouvrier, pauvre et homophobe en Picardie, il a connu un grand succès avec son début « En finir avec Eddy Bellegueule » (2014). De manière autobiographique, il revient sur sa jeunesse dans le milieu précité, et sur comment il s’en est enfui. Son deuxième roman « Histoire de la violence » (2016) à également reçu de très bonnes critiques. Aussi autobiographique, il y relate le viol dont il a été victime, en s’intéressant en détail au contexte social de l’agresseur.

Edouard Louis est ami et élève du philosophe et sociologue Didier Eribon, avec qui il partage le milieu social d’origine et l’orientation sexuelle. C’est la lecture de « Retour à Reims » (2009) de Didier Eribon qui aurait inspiré Louis à sa propre écriture. Le livre d’Eribon n’est pas vraiment littéraire, mais plutôt sociologique. Par contre, prenant le caractère d’une auto-analyse, avec beaucoup d’exemples personnels, il s’assimile à l’autobiographie. « La société comme verdict » (2013) continue dans la même veine.

Les deux auteurs précités sont aussi liés à Annie Ernaux, l’œuvre vaste de qui est également composé principalement de textes autobiographiques, qui traitent de sujets très variés. Deux titres qui abordent l’ascension sociale de la famille d’Annie Ernaux seraient « La place » (1983) et « La honte » (1997). Certes, une autre époque, mais peut-être aussi pertinent pour comprendre la France d’aujourd’hui.

Virginie Despentes : considérée comme auteur à scandale depuis son roman « Baise-moi », elle dépeint la réalité sociale avec un effet de choc. Pour notre thème, c’est la trilogie « Vernon Subutex » (trois tomes, 2015, 2015, 2017) qui est la plus intéressante. Le (anti-) héros des romans est un ancien commerçant de disques, dont la vie s’est effondré et qui se trouve à la rue. Il contacte une multitude d’anciens amis très différents pour demander de l’aide. Despentes crée ainsi un fresque social impressionnant.

Tanguy Viel: auteur qui utilise le genre du roman noir. Certains de ses romans trouvent une forte composante dans le thème de l’ascension sociale, ou dans l’antagonisme riche/pauvre, par exemple « Paris-Brest » (2009) et, plus récemment le très remarqué « Article 353 du code pénal » (2017).

Sophie Divry : « Quand le diable sortit de la salle de bain » (2016) – un succès de surprise de la rentrée littéraire 2016, dans lequel l’auteur décrit la vie d’un alter ego dans la précarité.

David Foenkinos: « La tête de l’emploi » (2014). Pas parmi les titres les plus connus de cet auteur, mais peut-être intéressant pour le thème. Presse : « histoire « sociétale » dont la simplicité apparente retranscrit finement les désarrois de l’époque…  »

Emmanuelle Bayamack-Tam : « Je viens » (2015) – Histoire d’une adolescente défavorisée, qui affronte toutes les difficultés que la société lui impose.

Olivier Adam: « Peine perdue » (2014) –  » En morte-saison sur la Côte d’Azur, la vie continue, plus mouvante que jamais. Olivier Adam nous met en présence de ceux dont il n’est jamais question, ces gens à la vie banale, nous-mêmes. »
François Roux: « Tout ce dont on rêvais » (2017) – « Le talent de François Roux est de s’emparer de l’histoire immédiate et d’en faire le récit, au plus près de la réalité sociale, affective et politique. Après Le bonheur national brut, fresque virtuose des années Mitterrand, il poursuit la chronique de notre époque, minée par le chômage et les compromis idéologiques. »
Deux titres de la Rentrée littéraire 2017:
Jean-Luc Seigle: « Femme à la mobylette » (2017) – « Jean-Luc Seigle dresse le portrait saisissant d’une femme ordinaire au bord du gouffre. Ce faisant, c’est une partie de la France d’aujourd’hui qu’il dépeint, celle des laissés-pour-compte que la société en crise martyrise et oublie. « 
Gérard Mordillat: « La Tour abolie » (2017) – « Avec la verve batailleuse qui a fait le succès de La Brigade du rire, Gérard Mordillat, l’auteur de Vive la sociale ! et de Les Vivants et les morts, livre une fable prodigieuse sur la société capitaliste et la révolte de ceux qu’elle exclut. »
Auteure journaliste, qui a écrit sur le sujet à travers des expériences investigatives:
Florence Aubenas: « Le Quai de Ouistreham » (2010) – « En 2009, Florence Aubenas part pour Caen et s’inscrit au chômage, avec un bac pour tout bagage et sans révéler qu’elle est journaliste. À Pôle Emploi, on lui propose de saisir sa chance : devenir agent de propreté dans des entreprises. Le Quai de Ouistreham est le récit saisissant de cette plongée dans le monde de la précarité. Un monde où on ne trouve plus d’emploi, mais des  » heures « . »
Et « En France. Chroniques » (2014) – « Montée du FN, crise du logement, de l’emploi, peur de la mixité sociale… À travers ces récits de vie, Florence Aubenas esquisse les dynamiques qui agitent une France parfois désorientée. »
Enfin, quelques titres qui ne sont peut-être pas 100% sur notre thème, mais qui en touchent certains aspects:
Dalibor Frioux: « Incidents voyageurs » (2014)
Charles Dantzig: « Histoire de l’amour et de la haine » (2015)
Ivan Jablonka: « Laëtitia ou la fin des Hommes » (2016)
Aurélien Bellanger: « L’aménagement du territoire » (2014)
Christian Roux: « L’homme à la bombe » (2012)
Toutes ces suggestions sont en langue française, mais des présentations de livres écrites dans d’autres langues et reflétant la situation actuelle dans d’autres pays sont bien sûr également bienvenues.
Bonne lecture!
Johannes

L’Histoire, c’est du roman (hé non)

Par défaut

Les Français aiment l’Histoire, le récit scientifique des évènements passés. Il est facile de trouver dans une librairie des biographies, des livres d’histoire sociale ou des romans historiques.

Je vous invite à nous pencher sur un phénomène différent, apparu récemment dans le roman français contemporain avec quelques auteurs : l’histoire-roman.

Une conversation avec le dernier Goncourt, Eric Vuillard, qui reviendra bientôt à Bruxelles, m’a incité à creuser ce thème. Il ne s’agit pas vraiment de romans historiques avec des personnages clairs (type les Rois maudits), ni de récits souhaitant respecter la réalité historique, ou de mode journalistique. C’est plutôt la vision par la littérature de la mentalité historique d’un évènement.

Le traitement adopté par les écrivains porte moins sur les faits exacts que sur les sensations, l’impression qu’on pouvait avoir à l’époque. C‘est généralement une réflexion sur le récit historique : ce récit populaire qui admet une certaine version des évènements, alors que la réalité est souvent différente.

On peut voir la source de cette tendance littéraire dans plusieurs éléments. Peut-être est-ce la raréfaction des réussites romanesques en langue française ? L’influence de l’école des sciences sociales (école dite « des Annales » qui a poussé en France vers une étude approfondie des mouvements sociaux : histoire du sel, du silence, …) ? Le poids croissant de l’information et des faits divers dans la constitution des mentalités ?

Ces livres portent sur des évènements historiques majeurs, ou des personnages emblématiques, mais aussi souvent, sur des faits divers authentiques (assassinats, catastrophes, faits sociaux sordides) qui, dans la mesure où ils marquent leur époque, ou sont typiques de la mentalité d’une époque constituent à leur tour des repères historiques.

Il faut avouer que cette tendance donne à la fois des livres magnifiques et d’autres très très mauvais. C’est une des pots de réflexion : quelle est la limite littéraire à cet exercice ?

Je n’ai quasiment identifié que des Français mais serais heureux d’avoir de votre part des illustrations d’autres pays.

Eric Vuillard

https://www.babelio.com/resrecherche.php

Tous ses livres, remarquablement écrits, reposent sur l’examen d’une préemption des peuples les uns par les autres, et que le mal habite non les hommes mais les « systèmes » : multinationales, état-majors, bandes armées en conquête. Il remet en scène des instantanés de l’histoire pour les « déplier » comme une carte, avec toutes leurs orientations, et montrer qu’ils ont déjà mis en scène, par l’Histoire « officielle » ou communément admise.

L’ordre du jour :

L’absence de résistance et les complicités à la prise de pouvoir des Nazis à deux moments clefs : les premières élections en 1933 et l’Anschluss en 1938. Vuillard insiste sur le fait que la victoire nazie était moins inéluctable qu’on le pense aujourd’hui, puisqu’elle reposait en partie sur du bluff. Goncourt 2017.

Congo :

Le « traitement » du Congo belge par le Roi Léopold et par les hommes qu’il y avait dépêchés, dont l’un d’entre eux décida un jour que chaque balle tirée devait être justifiée par une main coupée. Insoutenable.

Tristesse de la terre :

L’élimination des derniers Indiens dans l’Ouest américain, et le début de la mise en scène au théâtre de la conquête de l’Ouest, par Buffalo Bill qui embaucha des rescapés pour jouer le massacre des leurs.

Jour de fête :

L’histoire du 14 juillet, à Paris, en l’année.. 1789

Conquistadors :

La conquête des Amériques

La bataille d’Occident

Les erreurs de stratégie par les états-majors de la première guerre mondiale.

« La Bataille d’Occident est l’un des noms de nos exploits imaginaires. C’est un récit de la Grande Guerre, celle de 14-18, où nos différentes traditions de « maîtres du monde » manifestèrent ouvertement leur grande querelle. Il en résulta un charnier sans précédent, la chute de plusieurs empires, une révolution. Et tout cela fut déclenché par quelques coups de révolvers ! »

 

Laurent Binet

https://www.babelio.com/auteur/Laurent-Binet/85725

Pas le meilleur mais un des auteurs les plus représentatifs de cette tendance

HHHH :

Biographie de Heydrich, l’organisateur de la « solution finale », et récit de son exécution par les résistants tchèques en 1942, le livre raconte aussi les difficultés de l’auteur à accoucher de son sujet obsessionnel. Cette mise en abime, assez narcissique, fait toute la saveur de ce livre à part.

La septième fonction du langage :

Le point de départ de ce roman est la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie le 25 février 1980. L’hypothèse est qu’il s’agit d’un assassinat. (C’était un structuraliste, alors pourquoi pas.. !?)

 

Marc Dugain

https://www.babelio.com/auteur/Marc-Dugain/3359

Après un roman sur les « gueules cassées » de 14-18, il explore essentiellement l’histoire des Etats-Unis d’après-guerre, marchant sur les traces de James Ellroy, dans des récits historiques. Il a également livré des essais sur l’espionnage et le numérique, ou une trilogue romanesque sur la classe politique. Ses livres sont assez proches de romans historiques contemporains.

La malédiction d’Edgard :

Monologue du compagnon intime d’Edgar J Hoover, patron du FBI pendant cinquante ans.

Avenue des Géants :

Autobiographie d’un serial killer américain, très fortement copiée sur un tueur authentique.

Ils vont tuer Robert Kennedy :

Un enseignant enquête sur la mort de ses parents qui serait liée à celle de Robert Kennedy.

Une exécution ordinaire :

Portrait du Kremlin à travers l’Histoire de la femme médecin de Staline et de la destinée du sous-marin Koursk.

« Et qu’est-ce que la terreur ? C’est la certitude pour tout homme de l’Union Soviétique, du plus humble au plus puissant, de l’anonyme à l’ami intime de Staline, que rien ne le protège d’une décision de l’exécuter qui peut tomber chaque instant sans véritable fondement. Les hommes doivent accepter qu’à tout moment, sans raison précise, on puisse les ramener à cette forme absolue de modestie qu’est la mort…………….. »

 

Emmanuel Carrère :

https://www.babelio.com/auteur/Emmanuel-Carrere/3384

L’adversaire :

Le récit de la vie de Jean-Claude Roman qui mentit pendant vingt ans à ses proches qui le croyaient médecin, et décida un jour de tous les tuer. Une histoire et un livre hors du commun, pétrifiants.

D’autres vies que la mienne :

Survivant du tsunami en Thaïlande en 2004, l’auteur relativise sa vie en mettant en parallèle la mort d’enfants de ses amis, et la vie d’une magistrate luttant pour les couples menacés de surendettement.

Limonov :

La biographie d’un incroyable écrivain franco-russe, aventurier et mercenaire

Un roman russe :

En partant sur les traces de ses origines russes, l’auteur se met en scène dans une sordide histoire de faits divers où l’on peine à démêler le vrai du faux

Le Royaume

Comment d’une secte persécutée, l’exalté romain a-t-il transformé le groupe des fidèles du Christ en une église mondiale ? Qu’est-ce qui peut être authentique dans les récits de l’Evangile ? Une enquête policière, érudite et passionnante, où les coupables sont la mémoire populaire, et le goût des hommes pour les légendes, surtout lorsqu’elles sont vraies.

 

Christophe Bataille

https://www.babelio.com/auteur/Christophe-Bataille/24511

L’élimination :

Le récit de l’extermination des intellectuels par les Khmer rouges au Cambodge, à travers l’interview du principal bourreau par le fils d’une victime. Un de mes livres préférés, avec un style remarquable de dignité et de distanciation.

L’expérience :

Le récit, par les militaires présents, des premiers essais nucléaires français dans les années soixante, dans le désert saharien.

 

Régis Jauffret

https://www.babelio.com/auteur/Regis-Jauffret/5495

Amoureux des faits divers (« Microfictions »), Jauffret se saisit maintenant, avec plus ou moins de bonheur, d’évènements médiatiques marquants pour en tirer des récits romancés. Il est souvent vu comme le meilleur styliste français aujourd’hui. Est-il encore un romancier ?

Claustria

Platon, le mythe de la caverne, mais au fond d’une cave autrichienne, à travers u kidnapping ultra médiatisé. Bof.

La ballade de Rickers Island

Un des hommes les plus puissants au monde est enfermé aux Etats-Unis pour avoir obligé une femme de chambre à une faveur sexuelle. Si cela vous dit quelque chose, inutile de lire ce livre déplaisant, écrit juste après les faits.

Essayez plutôt :

Sévère :

Le banquier Edouard Stern a été assassiné. Sa maitresse avouera le crime. Mais que dit-elle de cette sordide histoire d’amour ? Un style exigeant, épuré, pour une tragédie amoureuse :

« Je l’ai rencontré un soir de printemps. Je suis devenue sa maîtresse. Il m’a initiée au maniement des armes. Il m’a fait cadeau d’un revolver. Je l’ai abattu d’une balle entre les deux yeux. »

 

Etienne Davodeau :

Cet auteur de romans graphiques (BD) revisite les épisodes sociaux et politiques de la France avec un regard critique, reposant sur les témoignages d’acteurs de l’époque, en marge de l’Histoire officielle

https://www.babelio.com/livres/DavodeauCollom-Cher-Pays-de-Notre-Enfance-Enquete-Sur-les-Annees/1009873

Cher Pays de Notre Enfance (Enquête Sur les Années de Plomb en France) : la face sombre du gaullisme (espionnage et grand banditisme)

Un homme est mort : tensions sociales en Bretagne en 1950

 

Simon Liberati

https://www.babelio.com/auteur/Simon-Liberati/6573

Auteur que je n’aime pas vraiment, mais qui fait incontestablement partie de cette tendance.

Eva

Récit de la vie tourmentée de la compagne de Liberati, poussée par sa mère à devenir une idole sexuelle à treize ans.

Les rameaux noirs :

Portrait autobiographique des membres de sa famille : un père fou, un frère poète, …

Jane Mansfield 1967 :

L’accident de voiture qui a décapité la « plus jolie blonde Hollywood ».

Californian girls

L’assassinat atroce par la secte Manson de la femme enceinte de Polanski, Sharon Tate, et de ses amis en 1969. Atroce. Tous ceux qui l’ont lu m’ont recommandé d’éviter de l’ouvrir.

 

D’autres titres isolés, mais très bons

  • Un roman français, de Frédéric Beigbeder

https://www.babelio.com/livres/Beigbeder-Un-roman-francais/137576

Autobiographie de l’écrivain qui inscrit sa famille et son destin dans l’évolution chaotique de la bourgeoisie de province. Plaisant.

 

  • Fukushima : Récit d’un désastre, de Michaël Ferrier

https://www.babelio.com/livres/Ferrier-Fukushima–Recit-dun-desastre/354744

Enseignant de français au Japon, l’auteur assiste au désastre que provoque dans la société japonaise l’explosion de la centrale nucléaire. Bien écrit.

 

  • La vie de Franck, d’Eric Neuhoff

https://www.babelio.com/livres/Neuhoff-Histoire-de-Frank/117825

Biographie de Franck Sinatra, dans un style splendide, qui trace le portrait du mythe.

 

  • Deux messieurs sur la plage, de Michael Köhlmeier (autrichien)

https://www.babelio.com/livres/Khlmeier-Deux-messieurs-sur-la-plage/754569

Une photo suffit à bâtir la relation « probable ou improbable, en tout cas plausible » entre deux personnalités du siècle : Charlie Chaplin et Winston Churchill.

 

  • Constellation, d’Adrien Bosc

https://www.babelio.com/livres/Bosc-Constellation/618624/citations?pageN=3

Le 27 octobre 1949, le nouvel avion d’Air France, le modèle Constellation, s’écrase sur une montagne des Açores. Qui était à bord ? Derrière une catastrophe sordide, un livre magnifique qui s’attache non leur mort, mais à la vie reconstituée de chacun des passagers et à leur époque.

« En termes rhétoriques, l’avion qui s’apprête à décoller d’Orly le 7 décembre 1949 est une prosopopée. Ce livre n’en est pas une. La fiction d’un je omniscient enfilant les vêtements des victimes comme l’on se glisse dans les costumes d’un petit théâtre d’époque n’existe pas. La description du vol, l’agencement des personnages en partie de ce tout que fut l’avion, est le seul point de vue, le seul effet de manches, espérons qu’il n’en cache aucun autre. »

 

  • Les disparues de Vancouver :

https://www.babelio.com/livres/Fontenaille-Les-disparues-de-Vancouver/165059/citations

L’année où l’on magnifiai le sport en accueillant les Jeux olympiques à Vancouver, ce livre a voulu se souvenir d’une centaine de « corps » disparus, des prostituées tuées dans cette ville, où tout le monde s’en fichait, tout le monde sauf le mari d’une d’entre elles qui a fait éclater le scandale.

« A Montréal, un groupe de femmes-artistes a peint une fresque sur un mur, dans une rue où les femmes tapinent. Elles les montre toutes ensemble, rassemblées, en marche. Le drame des Disparues a ébranlé le pays tout entier… Une onde de choc du Pacifique à l’Atlantique, jusqu’à la pointe de Gaspé : Honte au Canada. Entendu un soir dans un bar : « Un quart des Canadiens ont du sang indien dans les veines, les trois quarts restants ont du sang indien sur les mains. »

 

  • Est-ce ainsi que les femmes meurent ? de Didier Decoin

https://www.babelio.com/livres/Decoin-Est-ce-ainsi-que-les-femmes-meurent-/115791

Pourquoi une femme a-t-elle pu être tuée au pied de son immeuble, alors que 43 personnes en étaient témoins ? Inoubliable.

« Car, quand on y réfléchit bien, tuer la presse écrite n’a jamais été le but ni l’intérêt de la télé. Contrairement à ce qu’annonçait le sociologue McLuhan, nous n’avions pas quitté la galaxie Gutenberg Pour la galaxie Marconi. Les images ne l’avaient pas emporté sur les mots. Plus l’information tendrait vers l’instantané, et donc vers le chaos, plus nous aurions besoin de la référence du texte pour la décrypter, la classe, la vérifier. »

 

  • La câche, de Christophe Boltanski

https://www.babelio.com/livres/Boltanski-La-cache/722723

Récit de l’appartement d’une famille neurasthénique, qui a peur de l’extérieur (Boltanski deviendra grand reporter en Afrique) ; le secret tient à l’histoire du père, juif, et de comment il a échappé aux rafles pendant la guerre. Prix Femina 2015.

« Nous avions peur. De tout, de rien, des autres, de nous-mêmes. De la nourriture avariée. Des œufs pourris. Des foules et de leurs préjugés, de leurs haines, de leurs convoitises. De la maladie comme des moyens mobilisés pour la contrer. Du comprimé absorbé après une lecture attentive du dictionnaire Vidal. De l’asphyxie au gaz de ville. D’une noyade en mer. D’une avalanche en montagne. Des voitures. Des accidents. Des porteurs d’uniforme. De toute personne investie d’une autorité quelconque, donc d’un pouvoir de nuire. Des formulaires officiels. Des recours administratifs. De la petite comme de la grande histoire. Des joies trompeuses. Du blanc qui présuppose le noir. Des honnêtes gens qui, selon les circonstances, peuvent se muer en criminels. Des Français qui se définissent comme bons, par opposition à ceux qu’ils jugent mauvais. Des voisins indiscrets. De la réversibilité des hommes et de la vie. Du pire, car il est toujours sûr. Cette appréhension, ma famille me l’a transmise très tôt, presque à la naissance. »

Stéphane P.

47e rencontre du Canapé littéraire : La rentrée littéraire 2017.

Par défaut

Plus que dans tout autre pays, en France, le monde littéraire concentre son attention sur la période septembre-octobre quand la plupart des nouveaux livres paraissent. Ainsi, la « rentrée littéraire » est célébrée comme un événement annuel, avec des numéros spéciaux des journaux et magazines, et naturellement la panoplie de prix littéraires avec ses étapes de la première sélection au décernement solennel au début du mois de novembre.

C’est pourquoi nous avons décidé de consacrer aussi cette année une session du canapé littéraire à cet événement littéraire incontournable, et de lire et présenter chacun un de ces nouveaux livres, en grand format, qui se trouvent en grand piles dans les librairies, souvent sur une table spéciale « rentrée littéraire ». Ainsi, nous pourrons avoir une bonne première impression personnelle des nouveautés de cette année.

Pour choisir, le plus efficace serait de se rendre dans une librairie et de juste feuilleter les livres et d’en consulter les quatrièmes de couvertures. Cependant, sur la base des premières sélections des prix littéraires les plus importants, je vous indique également quelques suggestions ci-dessous, en ordre alphabétique, avec les nominations entre parenthèses.

Si vous cliquez sur les titres (Ctrl+), vous arriverez sur les pages de présentation de l’éditeur, et de plus, j’ai ajouté quelques mots clés pour chaque titre, selon ce que j’ai pu comprendre des quatrièmes de couverture. J’espère ça vous aidera de faire votre choix.

Les titres les plus sélectionnés pour les prix littéraires les plus importants :

Nos richesses de Kaouther Adimi (Seuil) – éditeur d’Albert Camus, littérature, Algérie, années 40 et 2017.

L’avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic (L’Olivier) – hotel, homme/femme, Bosnie, recherche de la mère.

Ma reine de Jean-Baptiste Andrea (L’Iconoclaste) – enfance, conte initiatique, rêve/imagination.

Sucre noir de Miguel Bonnefoy (Rivages) – Caraïbes, trésor, Henry Morgan.

Mes pas vont ailleurs de Jean-Luc Coatalem (Stock) – vie et mort de Victor Ségalen.

Une fille dans la jungle de Delphine Coulin (Grasset) – Six enfants et adolescents dans une ambiance de fin du monde.

Zabor ou les psaumes de Kamel Daoud (Actes Sud) – fable, orphelin, contes, imaginaire.

Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard) – Romain Gary, voisin, Lituanie, enquête littéraire.

Taba-Taba de Patrick Deville (Seuil) – hôpital psychiatrique, amitié, histoire de Napoléon à nos jours.

Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus (Grasset) – 1968, révolte des étudiants, monde littéraire.

Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud (Flammarion) – guerre d’Algérie, fraternité, désir de sauver les hommes.

Une chance folle d’Anne Godard (Minuit) – enfant brûlée, mère/fille.

La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez (Grasset) – Nazisme, exile de Mengele en Amérique du Sud, roman-vrai.

La vie sauvage de Thomas Gunzig (Au diable vauvert) – civilisation occidentale, vue par quelqu’un qui a grandi dans la jungle africaine, amour, drôle.

Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel (Gallimard) – Herman Melville, littérature/cinéma, Paris-New York-Italie.

Innocence d’Eva Ionesco (Grasset) – autobiographique, photographie, mère/fille, abus, enquête sur le père.

La serpe de Philippe Jaenada (Julliard) – faits réels, triple meurtre, 1941, enquête.

Fief de David Lopez (Seuil) – jeunesse, entre campagne et banlieue, vie quotidienne, rap.

L’empereur à pied de Charif Majdalani (Seuil) – légende, Liban, monde, histoire du XXe siècle.

Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel) – Darfour, femme enlevée, esclavage, histoire du XXe siècle en Europe.

Le Songe du photographe de Patricia Reznikov (Albin Michel) – Années 70, solitude, exil, photographie du XXe siècle.

Mécaniques du chaos de Daniel Rondeau (Grasset) – Roman polyphonique, Moyen Orient, Afrique du Nord, banlieues de Paris, crises d’aujourd’hui.

Summer de Monica Sabolo (JC Lattès) – disparition d’une jeune femme, frère/sœur, mémoire.

Souvenirs de la marée basse de Chantal Thomas (Seuil) – nager, mère/fille.

La nostalgie de l’honneur de Jean-René Van der Plaetsen (Grasset) – histoire, honneur, réflexion sur le grand-père (Jean Crépin).

Les rêveuses de Frédéric Verger (Gallimard) – 2e guerre mondiale, France/Allemagne, soldat allemand dans l’armée française.

L’ordre du jour d’Eric Vuillard (Actes Sud) – Allemagne nazie/Autriche.

L’art de perdre d’Alice Zeniter (Flammarion) – France/Algérie, histoire de famille, liberté d’être soi.

Moins considérés pour les prix littéraires mais peut-être également intéressants :

Le dossier M, Livre 1 de Grégoire Bouillier (Flammarion) – autobiographique, suicide, histoire d’amour, adultère.

Sigma de Julia Deck (Minuit) – espionnage, imaginaire, censure.

Ascension de Vincent Delecroix (Gallimard) – voyage spatial, humour, réflexion sur le mal et le renoncement.

Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain (Gallimard) – assassinats Kennedy, années 60, psychologie/psychose.

De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles de Jean-Michel Guenassia (Albin Michel) – orientations sexuelles.

Comment vivre en héros ? de Fabrice Humbert (Gallimard) – jeunesse, boxe, courage, vies possibles, société.

Mercy, Mary, Patty de Lola Lafon (Actes Sud) – Etats-Unis, kidnapping de femmes, révolution.

La tour abolie de Gérard Mordillat (Albin Michel) – capitalisme, tensions sociales.

Femme à la mobylette de Jean-Luc Seigle (Flammarion) – femme laissée seule, France d’aujourd’hui, société en crise.

Vous connaissez peut-être de Joann Sfar (Albin Michel) – réseaux sociaux, femmes, enquête.

Finalement quelques écrivains déjà bien établis, qui ne doivent pas trop se préoccuper d’être sélectionnés pour un prix :

Le jour d’avant de Sorj Chalandon (Grasset) – années 70, accident de mine, vengeance.

Notre vie dans les forêts de Marie Darrieussecq (P.O.L.) – dystopie, trafic d’organes, totalitarisme sanitaire et politique.

Les rameaux noirs de Simon Liberati (Stock) – autoportrait, surréalistes, amis du père.

Frappe-toi le cœur d’Amélie Nothomb (Albin Michel)

Point cardinal de Léonor de Recondo (S. Wespieser) – changement de sexe, courage d’être soi.

La chambre des époux d’Eric Reinhardt (Gallimard) – maladie, couple, art, musique.

La Vengeance du pardon d’Eric-Emmanuel Schmitt (Albin Michel) – 4 histoires, sentiments, envie, perversion, indifférence, crime.

La liste n’est pas tout à fait complète, et bien sûr, comme toujours ce ne sont que des suggestions.

Je propose que nous choisissions des livres français, mais si vous ne trouvez absolument rien d’intéressant, n’hésitez pas de présenter des nouveautés parus dans d’autres langues.

Bonne lecture !

Johannes