Tout lecteur a ses livres préférés, ceux qui l’ont touché de façon particulière et qui sont restés importants même après des années, pour l’histoire qu’ils racontent ou pour la beauté de la langue. Quelle en soit la raison pour laquelle vous aimez spécialement une œuvre, cette page est bien dédiée à eux : nos titres préférés, nos coups de cœur.

Les titres ajoutés sous forme de commentaire à ce post devaient indiquer titre, date de publication et auteur ainsi qu’une brève explication de la raison pour laquelle vous aimez ce titre.

Publicités

"

  1. Mes « grandes oeuvres » passionnantes, les récits de vie et le voyage dans le passé à travers le « souvenir »:
    « A la recherche du temps perdu », 1913-1927, Marcel Proust
    « Les vestiges du jour » (The remains of the day), 1989, Kazuo Ishiguro
    « Sous un autre jour » (Et andet lys), 2005, Jens Christian Grondhal
    Les tétins de sainte Agathe », (Il conto delle minne), 2009, Giuseppina Torregrossa
    « Istanbul », 2006, Orhan Pamuk

    L’amour et ses nuances, dans une structure narrative en toute originalité:
    « Le malentendu », 1923, Irène Némirovsky
    « Petite philosophie de l’amour » (Essays in Love), 1993, Alain de Botton
    « En el fondo. Pide una copa, paga Proust » (pas de traduction en français), 2009, Begonha Huertas

    L’amour et le plaisir pour la nourriture:
    « L’école des saveurs » (The school of essential ingredients), 2009, Erica Bauermeister
    « Aphrodite » (Afrodita), 1998, Isabel Allende

    Corréspondances…et l’amour, toujours:
    « Les plaisirs et les jours », Marcel Proust
    « Cartas de amor y desamor » (pas de traduction en français), 2009, Espido Freire
    « Se résoudre aux adieux », 2007, Philippe Besson

    Mes romans fantastiques, avec un fort pouvoir « visuel » du language:
    « The Night Circus » (pas de traduction en français), 2011, Erin Morgenstern
    « La mechanique du coeur », 2007, Mathias Malzieu

    et vos titres???

  2. Voici 3 de mes Coups de Coeur, vraiment très differents:

    – La Plaisanterie, Milan Kundera (1967). J’admire beaucoup comme l’auteur joue avec une multiplicité de points de vue, et comme il crée des histoires qui lient plusieurs personnages, endroits et temps.

    – Danse, Danse, Danse, Haruki Murakami (1988). C’est le livre qui m’ai fait découvrir un de mes auteurs préférés…

    – Exercices de style, Raymond Queneau (1947). Le livre raconte 99 fois la même histoire, de 99 façons différentes. Un vrai hommage à la langue!

  3. Mes livres préférés ont changé au cours des années et des phases de la vie : quand j’étais entre l’enfance et l’adolescence j’ai rêvé avec le premier roman du cycle de la Mouron rouge (The Scarlet Pimpernel) écrit par la baronne Orczy – roman au milieu entre le genre cape et épée, le roman historique et celui d’espionnage.

    Pendant l’adolescence, l’Alchimiste montrait le courage de prendre des décisions et d’entreprendre un chemin parfois difficile mais qui mène – à la fin – au bout.

    Dans les dernières années – voir très récemment – j’ai aimé entre autre :

    Il Treno dell’ultima notte (Train to Budapest en anglais – pas sure qu’il y aye une traduction en français) de Dacia Maraini – encore un roman historique dont j’ai aimé le portrait d’une Europe blessée, divisée et affamée et la recherche du protagoniste qui l’amènera à trouver des choses dont elle n’imaginait pas ;

    L’écume des jours de Boris Vian dont j’aime le compte délicat, fantastique et humoristique de la vie, des événements positifs comme de ceux dramatiques ;

    A visit from de goon squad ( Jennifer Egan) pas en traduction française – que je conseille soit pour le style narrateur nouveau et innovateur soit pour la réalité représentée qui est dure et dramatique mais qui montre qu’il est possible de se sauver si on le veut.

    To be continued…

  4. Comme pour Flavia, mes coups de cœurs ont évolués pendant les années de lecture. Je pourrais les résumer ainsi:

    « Le Prophète » de Gibran, « L’Alchimiste » de Coelho et « Le Petit Prince » de Saint-Exupéry pour le genre: « philosophie de vie ». J’aime découvrir de façon de voir la vie et surtout d’avoir des « conseils » sur comment l’approcher.

    « Les douleurs du Jeune Werther » de Goethe et « Raphael » de Lamartine pour le genre littéraire: romantisme. En effet, j’adore comme les auteurs ont traité « l’excès » de sentiment (amour, haine, désespoir) de leurs protagonistes.

    « The house of sleep » de Coe et « Il pendolo di Foucault » de Eco pour le genre: « Entertainment ». Des livres avec des histoires mystérieuses (surement pas poétiques comme les livres déjà cités) qui vous tiennent collés à la lecture jusqu’à très tard la nuit…

    Et pour terminer, la découverte toute récente d’Erri de Luca, écrivain italien contemporain. Ses livres (pas plus de 100 pages) sont des histoires simples, très souvent bibliographiques, mais écrites d’une façon lyriques. Bref: de la poésie en prose!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s