Archives Mensuelles: juin 2014

23e canapé littéraire: La littérature contemporaine de langue allemande

Par défaut

Pour notre prochaine séance, je vous propose de découvrir quelques auteurs nouveaux, et pour ceux qui veulent, un peu moins nouveaux, de la littérature germanophone.

La bibliographie suivante peut vous donner des idées sur la jeune génération d’auteurs qui fait parler d’elle actuellement. Certains ont connu un succès commercial considérable, d’autres sont présent dans le discours intellectuel comme ce fut le cas de tant d’autres écrivains allemands. Encore d’autres ont tous simplement reçu un accueil très favorable par la critique et/ou ont été récompensé par des prix littéraire. Si vous regardez les noms des auteurs vous verrez tout de suite que le choix est assez représentatif pour la société allemande d’aujourd’hui car les voix d’écrivains bi-nationaux ou issus de l’immigration enrichissent le paysage littéraire et apportent de nouveaux thèmes.

Naturellement, la liste n’est pas exhaustive et je ne peux pas donner une garantie pour la qualité des œuvres.

Sont contenus uniquement des titres disponibles en traduction française. Ceux qui lisent l’allemand, l’anglais, l’italien etc. pourront bien sûr trouver d’autres titres des mêmes auteurs.

Bonne lecture !

 

Zsuzsa Bánk (*1965) – Allemagne, d’origine hongroise

« Le Nageur » (Der Schwimmer, 2002)

Alex Capus (*1961) – Suisse/France

« Léon et Louise » (Léon und Louise, 2011)

Milena Michiko Flašar (*1980) – Autriche (mi-japonaise)

« La cravate » (Ich nannte ihn Krawatte, 2012)

Thomas Glavinic (*1972) – Autriche

« Partie remise » (Carl Haffners Liebe zum Unentschieden, 1998) – roman historique sur un joueur d‘échecs.

« Le travail de la nuit » (Die Arbeit der Nacht, 2006)

Wolfgang Herrndorf (1965-2013) – Allemagne

« Good Bye Berlin » (Tschick, 2010) – Roadnovel sur deux jeunes; grand succès; déjà au programme dans certaines écoles.

Felicitas Hoppe (*1960) – Allemagne, Prix Büchner 2012

« Le Pique-nique des coiffeurs » (Picknick der Friseure, 1996) – histoires

« Pigafetta » (Pigafetta, 1999)

Daniel Kehlmann (*1975) – Autriche/Allemagne ; jeune prodige de la littérature germanophone.

« Les arpenteurs du monde » (Die Vermessung der Welt, 2005) – succès mondial, biographie sur Humboldt et Gauss.

« Gloire : roman en neuf histoires » (Ruhm. Ein Roman in neun Geschichten, 2009)

Christian Kracht (*1966) – Suisse

« Fin de party » (1979, 2001)

« Je serai alors au soleil et à l’ombre“ (Ich werde hier sein im Sonnenschatten und im Schatten, 2008)

Michael Kumpfmüller (*1961) – Allemagne

« Fugue en lit mineur » (Hampels Fluchten, 2000)

« La Splendeur de la vie » (Die Herrlichkeit des Lebens, 2011) – sur le dernier amour de Kafka

Sibylle Lewitscharoff (*1954) – Allemagne, d’origine bulgare, Prix Büchner 2013

« Pong » (Pong, 1998)

« Blumenberg » (Blumenberg, 2011)

Martin Mosebach (*1951) – Allemagne, Prix Büchner 2007

« Un hasard nécessaire » (Was davor geschah, 2010)

Melinda Nadj Abonji (*1968) – Suisse, originaire de la minorité hongroise en Serbie

« Pigeon, vole » (Tauben fliegen auf, 2010) – Prix du livre allemand

Saša Stanišić (*1978) – Allemagne, originaire de Bosnie-Herzégovine

« Le soldat et le gramophone » (Wie der Soldat das Grammophon repariert, 2006)

Uwe Timm (*1940) – Allemagne, romans avec forte concentration sur l’histoire allemande du XXe siècle. Les deux suivants s’insèrent dans le contexte de la 2e Guerre mondiale :

« La Découverte de la saucisse au curry » (Die Entdeckung der Currywurst, 2000)

« À l’exemple de mon frère » (Am Beispiel meines Bruders, 2003)

Urs Widmer (1938-2014) – Suisse

« Les hommes jaunes » (Die gelben Männer, 1976)

« Top Dogs » (Top Dogs, 1996)

« L’homme que ma mère a aimé » (Der Geliebte der Mutter, 2000)

« Le livre de mon père » (Das Buch des Vaters, 2004)

Feridun Zaimoglu (*1964) – Allemagne, d’origine turque ; auteur assez controversé

« Racaille : La véritable histoire d’Ertan Ongun » (Abschaum – Die wahre Geschichte von Ertan Ongun, 1997) – histoires sur la vie d’un criminel d’origine turque en Allemagne

Juli Zeh (*1974) – Allemagne, écrivaine très engagée dans le discours socio-politique, notamment sur les libertés civiles, la protection des données etc.

« L’Aigle et l’ange » (Adler und Engel, 2001)

« La Fille sans qualités » (Spieltrieb, 2004)

« L’Ultime question » (Schilf, 2007)

« Corpus delicti. Un procès » (Corpus Delicti. Ein Prozess, 2009) »

« Décompression » (Nullzeit, 2012)

 

Trois auteurs originaires de la RDA, qui ont publié des romans remarquables sur la vie en RDA et la réunification :

Eugen Ruge (*1954)

« Quand la lumière décline. Roman d’une famille » (In Zeiten des abnehmenden Lichts, 2011) – son premier roman, publié à l’âge de 57 ans, a immédiatement reçu le Prix du Livre allemand)

Ingo Schulze (*1962)

« 33 moments de bonheur » (33 Augenblicke des Glücks, 1995)

« Histoires sans gravité », (Simple Storys, 1998)

« Vies nouvelles », (Neue Leben, 2005)

« Portable, treize histoires à la manière ancienne » (Handy. Dreizehn Storys in alter Manier, 2007)

« Adam et Evelyne », (Adam und Evelyn, 2008)

Uwe Tellkamp (*1968)

« La Tour » (Der Turm, 2008) – Prix du Livre allemand

 

Pour ceux qui préfèrent la littérature de divertissement, on pourrait signaler :

Volker Kutscher (*1962) – Allemagne, auteurs de romans policiers, qui se déroulent dans le Berlin des années 20/30 :

« Le Poisson mouillé » (Der nasse Fisch, 2007)

« La Mort muette » (Der stumme Tod, 2009)

« Goldstein » (Goldstein, 2010)

Frank Schätzing (*1957) – Allemagne, auteur de thrillers à grand succès

« Abysses » (Der Schwarm, 2004)

Martin Suter (*1948) – Suisse

« Small World » (Small world, 1997)

« La Face cachée de la lune » (Die dunkle Seite des Mondes, 2000)

« Le Diable de Milan » (Der Teufel von Mailand, 2006)

« Le Dernier des Weynfeldt » (Der letzte Weynfeldt, 2008)

 

Finalement, citons également les auteurs contemporains qui sont déjà devenus des classiques :

Günter Grass (*1927) – Allemagne, Prix Büchner 1965, Prix Nobel 1999

« Le Tambour » (Die Blechtrommel, 1959)

« Le Chat et la Souris » (Katz und Maus, 1961)

« Mon siècle » (Mein Jahrhundert, 1999)

« En crabe » (Im Krebsgang, 2002) – roman traitant de la catastrophe du Wilhelm Gustloff.

Peter Handke (*1942) – Autriche, Prix Büchner 1973; pas facile à lire, beaucoup d’œuvres, p.ex. :

« L’angoisse du gardien de but au moment du penalty » (Die Angst des Tormanns beim Elfmeter, 1970)

« Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille » (In einer dunklen Nacht ging ich aus meinem stillen Haus, 1997)

« Don Juan (raconté par lui-même) » (Don Juan (erzählt von ihm selbst), 2004)

Elfriede Jelinek (*1946) – Autriche, Prix Büchner 1998, Prix Nobel 2004 ; style très provocateur, et pas le goût de tous…

« Les amantes » (Die Liebhaberinnen, 1975)

« Les exclus » (Die Ausgesperrten, 1980)

« La pianiste » (Die Klavierspielerin, 1983)

Herta Müller (*1953) – Roumanie (minorité germanophone), Prix Nobel 2009 ; écrit surtout sur son expérience sous la dictature de Ceausescu

« L’homme est un grand faisan sur terre » (Der Mensch ist ein großer Fasan auf der Welt, 1986)

« Le renard était déjà le chasseur » (Der Fuchs war damals schon der Jäger, 1992)

« Animal du cœur » (Herztier, 1994)

« La Convocation » (Heute wär ich mir lieber nicht begegnet, 1997)

« La Bascule du souffle » (Atemschaukel, 2009)

 

Johannes