Archives Mensuelles: février 2015

Les personnages féminins dans la littérature

Par défaut

En occasion du 8 mars, le Canapéens ont proposé de dédier une séance aux caractères féminins dans la littérature. J’ai repris la suggestion avec enthousiasme mais avec le sentiment qu’il me sera impossible d’arriver à une bibliographie à peine décente.

Pourquoi le thème des femmes dans la littérature est tellement relevant ? Pourquoi il y a des centaines d’études sur cela et pourquoi pas la même chose pour les hommes ? Je pense que la réponse est à chercher dans le contexte social et dans l’évolution de la condition féminine, et dans la spécificité du monde de la narration écrite.

Si l’on s’arrête pour un petit instant à l’Europe, on voie comme les femmes ont vécu dans une situation d’infériorité de droits économiques, politiques, sociales et d’éducation jusqu’à un passé très récent. La femme devait être bien éduquée pour être en société et conclure un bon contrat, euh pardon je voulais dire mariage…, mais pas assez pour pouvoir produire des idées originales. La littérature, ainsi que la science, la philosophie, l’art, la politique étaient des affaires sérieuses, des affaires d’homme hétérosexuel ; tandis que la femme devait se dédier à son homme et ses enfants, ce que souvent voulait dire travailler dur et commencer très jeune à se reproduire. Les choses ne sont pas trop différentes dans l’actualité de plusieurs pays du monde, malheureusement.

De plus, comme Virginia Wolf l’a expliqué dans un essai en 1928 (Une chambre à soi) sur la femme dans la littérature, le manque de droits économiques (l’argent et une chambre à soi où écrire) empêchait aux femmes de se dédier à la littérature. Des femmes courageuses (et chanceuses aussi !) ont de toute façon réussi à s’imposer et publier des œuvres importantes. Il serait intéressant de dédier un Canapé à ces femmes pour leur rendre hommage, mais ici on se concentre sur le caractère féminin dans la littérature.

Le nombre exigu d’écrivaines femmes a par conséquence laissé presque entièrement aux hommes la tache de décrire le complexe monde féminin et cela a donc augmenté l’intérêt pour les héroïnes littéraires créées par des hommes. De plus, le personnage féminin est souvent porteur des passions dans une histoire et les passions sont autant souvent l’objet de la recherche du lecteur.

En conséquence de ce que je viens d’écrire, je vous propose de réfléchir sur le rôle de votre personnage féminin et sur ce qu’elle apporte à l’histoire ; en outre vous pourriez analyser votre personnage féminin à la lumière du genre de l’auteur : existe-t-il une différence entre les personnages féminins créés par les hommes et ceux créés pas les femmes ? Ont les hommes reproduit leur fascination (positive ou négative) pour la femme dans leurs œuvres ?

Une autre suggestion est de réfléchir au lien entre le contexte historique du roman et le caractère féminin : est-ce que le personnage est le miroir de la femme dans ces temps-là et cet endroit-là ? Est-ce que il ressort en montrant qu’il existe une continuité féminine au-delà du temps et du lieu ?

Les œuvres contenues dans la bibliographie qui suit ont souvent par protagoniste une femme ; toutefois pour ce Canapé je ne vous demande pas de choisir un livre mais un personnage féminin d’un roman (dont le protagoniste peut en principe être quelqu’un d’autre aussi) : je vous demande de le rencontrer, de le connaitre, de le faire votre ami. Cette femme vous accompagnera dans votre trajet au boulot, elle vous dira bonne nuit avant de fermer la lumière le soir, elle vous racontera ses secrets ou bien elle sera introvertie et ne vous expliquera pas grande chose de sa vie.

Cet exercice d’abstraction vous aidera lors de la séance quand je vous inviterai à présenter non pas le livre de votre choix, mais le personnage féminin choisi !

 

Les Aventures d’Alice au pays des merveilles (1865), Lewis Carroll

Antigone (442 av JC, Sofocle), (1997, H. Bauchau), (442 av JC, Sofocle), (1783, V. Alfieri), (1947, B. Brecht), (1922, J. Cocteau), Antigone ou le Choix (1957), M. Yourcenar

Anna Karénine (1877), Léon Tolstoï

Autant en emporte le vent (1936), Margaret Mitchell

Dona Flor et ses deux maris: (Histoire morale, histoire d’amour) (1972), Jorge Amado

El albergue de las mujeres tristes (1997), Marcela Serrano

Geisha (1997), Arthur Golden

L’accro du shopping (série de romans parus entre 2002 et 2011), Sophie Kinsella

La valse lente des tortues, Katherine Pancol

La couleur des sentiments (2009), Kathryn Stockett

La ferme africaine (1937), Karen Blixen

Le Docteur Jivago (1958), Boris Pasternak

Le Journal de Bridget Jones (1996), Helen Fielding

Les enquêtes de Mma Ramotswe, (série de polards parus entre le 1998 et le 2012), Alexander McCall Smith

Les Hauts de Hurle vent (1847), Emily Brönte

L’Amant de lady Chatterley (1928), David Herbert Lawrence

L’amour aux temps du choléra (1985), Gabriel Garcia Marquez

L’exclue (1901), Luigi Pirandello

L’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut (1731), Abbé Prevost

La louve (1880), Giovanni Verga

Le Maître et Marguerite (1939), Mikhaïl Boulgakov

Le Monde de Suzie Wong (1957), Richard Mason

Les Fiancés (1821), Alessandro Manzoni

Les liaisons dangereuses (1782), Pierre-Ambroise-François Choderlos de Laclos

Les Monologues du vagin (1966), Eve Ensler

Les Quatre Filles du docteur March (1868), Louisa May Alcott

Jane Eyre (1847), Charlotte Brönte

Kosaburo, 1945 (2011), Nicole Roland

Madame Bovary (1857), Gustave Flaubert

Marie Madelaine Marguerite de Montalte (ensemble romanesque de 4 livres parus de 2002 à 2013), Jean-Philippe Toussaint

Marta Quest (1952), Doris Lessing

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… (1981), Kai Hermann et Horst Rieck

Onze minutes (2003), Paolo Coelho

Orgueil et Préjugés (1813), Jane Austen

Petit déjeuner chez Tiffany (1958), Truman Capote

Phèdre (Euripide, V siècle av JC), (Seneca I siècle après JC), (1677, Jean Racine)

Sex and the City (1997), Candace Bushnell

Tante Mame (1955), Patrick Dennis

Tours et détours de la vilaine fille (2006), Mario Vargas Llosa

Un été sans les hommes (2011), Siri Hustvedt

Comme j’ai précisé au début, il ne s’agit que d’une ébauche de bibliographie. Merci d’ajouter vos suggestions en commentaire à ce post.

Flavia

Publicités

2014 en révision

Par défaut

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Un tramway de San Francisco peut contenir 60 personnes. Ce blog a été visité 2 400 fois en 2014. S’il était un de ces tramways, il aurait dû faire à peu près 40 voyages pour transporter tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.